Dans la même rubrique
- Incubation
- On enferme le Grand Chef
- Vide
- Téléphone-hic
- Tribunal pénal intergalactique
- Apostate
- Le Haut-Mal ça se combat
- J-2>J-1 le Haut-Mal par vos portes
etc.

Autres piges de
Le Grand Chef

- Le travail du Grand Chef
- Départ du Grand Chef
- Bienvenue chez tante Léonie
- Salvatore Giuliano
- Carte postale
- Bechamel
- Tonnerre
- Il pleut
etc.


O
ù kon est ?
> TPI - Misères et Doléances > Misère alerte niveau 5 (maximal)

C’est en écrivant...

Par Le Grand Chef , le samedi 29 octobre 2005.

qu’on devient médaillé, apprécié, aimé, salué par ses pairs, lu, relayé, mis en lien etc etc.

Bref, le Grand Chef plongé dans la béate contemplation des murs de brique inondés des particules ensoleillées, sirotant son chocolat chaud les yeux à demi clos par ses 50 heures de sommeil, d’humeur lyrique ou presque, constate, effrayé :

que personne ne s’est donné la peine de donner un tant soit peu de son temps cette semaine à la Luciocratie, qu’aucun article n’est paru depuis des jours et des nuits, que le site est plongé dans un abandon crasse.

Et pourtant, pourtant, le Grand Chef sait que la moitié de ses ministres sont en vacances (ou au bagne, c’est tout comme).

Sait que certains n’ont eu leur ministère (la Ravouille pour ne pas le viser) qu’en promettant une écriture appliquée régulière.

Donc, il ordonne à chacun de prendre la plume, de renverser un peu d’encre, d’essuyer au buvard, de tracer des courbes et des voyelles, et d’applaudir ou hurler à son quotidien et à ce qu’il vit ou voit.

Et que ça saute.

Répondre à cet article


Misère alerte niveau 5 (maximal)