Dans la même rubrique
- Rubber, un film de Quentin Dupieux
- Sunshine Barry and the disco worms (2008) : Un film de Thomas Borch Nielsen
- Julie & Julia : une nouvelle race de fiction conservatrice
- Les noces rebelles, un film de Sam Mendes
- Un conte de Noël
- Hancock, un film de Peter Berg
- Speed Racer
- Extension de la luciocratie
etc.

Autres piges de
Le Grand Chef

- Palmarès de cartes postales
- Résultats du Grand test
- Le retour de Jean-Claude Duvalier
- Bénin soit la Luciocratie
- Garde républicaine
- la MEP un dimanche
- à la bibliothèque
- Thank you for smoking
etc.


O
ù kon est ?
> Rubrix > Ciné Cinéma

Broken Flowers

Par Le Grand Chef , le mercredi 14 septembre 2005.

C’est un peu le blockbuster du bobo qui rentre de vacances, alors je m’en vais vous conter ce que j’en pense, moi qui suis à peine partie en vacances.

Et comme ça, vous pourrez débattre, sur le cinéma, je tolère.

Donc, Bill Murray, il est très chouette, mais un film sur son flegme, que nous avons déjà vu à l’oeuvre dans la seule scène tolérable de Lost in translation lorsqu’il se fait prendre en photos sous tous les angles en lichant du whisky, ça va pas.

(GIF)

La quête en elle-même est suffisamment ennuyeuse pour vous offrir un bon moment de relâchement. C’est le nouveau concept : aller au ciné quand vous pouvez pas aller au hammam.

La motivation de la quête est un misérable raccourci clichéique sur la paternité.

En somme, si on le prend du point de vue nihiliste, c’est pas pire, pour le reste, c’est un peu faible. Relevé de note de l’élève Jarmusch : peut mieux faire.

Allez, les actrices sont quand même chouette, et puis on rigole un peu (enfin... on sourit).

C’est Broken Flowers, le dernier Jarmusch avec : Bill Murray, Sharon Stone, Julie Delpy, Chloë Sevigny, Jessica Lange. Durée : 1h 45 min.

Répondre à cet article


Ciné Cinéma