Dans la même rubrique
- Synthèse vitale et Grand chéfiale
- neveu-nièce
- Allo la Poste
- Agenda chéfial
- Le grand défi de la Rigueur
- à la bibliothèque
- Grand Chef dans la brume
- Une aventure de Columbo
etc.

Autres piges de
Le Grand Chef

- Sortie du palais chéfial
- Se noyer dans un bleu Klein
- Blanchette
- Sortie
- Holidays on nice
- Les dimanches du Grand Chef
- Grand Grand Chef
- les RG en Luciocratie
etc.


O
ù kon est ?
> 3615 Ma Vie

Mon bureau de poste

Par Le Grand Chef , le jeudi 22 décembre 2005.

Hier, à demi fiévreuse à la sortie des cadeaux de Noël, me voilà zou partie vers la poste rue Clavel, métro Pyrénées.

A vue de nez une demi heure de queue, classique en somme. Deux ou trois trognes avinées. Des guichetiers à l’air éreinté, des femmes en boubou qui ont des soucis de courrier, un grand dégingandé avec un tout petit chien qu’une petite fille essaie de prendre dans ses bras (ce qui effraie le géant). Une roumaine ( ?) qui réclame à corps et à cri de voir le responsable et qui ne comprend pas ce système français labyrinthique.

Je regarde l’injonction à me rendre en ces lieux qui a atterri la semaine dernière dans ma boîte aux lettres : qu’est-ce qui m’attend de l’autre côté de l’hygiaphone ? pas un colis, non, pas une lettre non plus, aucune case n’est cochée. Je ne vois pas. Attendons.

Un vieux bonhomme blouson vert kaki, barbe de sortie de prison, visage buriné, foulard palestinien artistiquement déposé sur la tête vient se poster dans la file, parallèlement au vieux juif cheveux blancs grand chapeau noir.

Une bobo râle et ne comprend rien à comment bénéficier de son avantage de 5 euros au guichet 2. La queue se réduit devant moi.

Les passe colis tournent sans cesse entre les guichets, comme les trappes à déposer les enfants dans les églises au Moyen Age.

Je sens que la fin du spectacle est proche. Me poste face au guichet 3 et tend mon petit papier jaune.

La guichetière prend ma carte d’identité et disparaît dans les entrailles de la réserve à courriers orphelins. Elle revient avec un sourire railleur.

Me tend une carte postale. Une sainte prie sous une pluie d’or. Ma face interrogratrice fait hausser les épaules de madame la poste. Je regarde la provenance : Colombie.

Y en a qui lésinent pas pour être sûrs que les cartes postales me parviennent....

Répondre à cet article


3615 Ma Vie