Dans la même rubrique
- Rubber, un film de Quentin Dupieux
- Sunshine Barry and the disco worms (2008) : Un film de Thomas Borch Nielsen
- Julie & Julia : une nouvelle race de fiction conservatrice
- Les noces rebelles, un film de Sam Mendes
- Un conte de Noël
- Hancock, un film de Peter Berg
- Speed Racer
- Extension de la luciocratie
etc.

Autres piges de
Le Grand Chef

- Exotique parisien
- Quatre étoiles
- Nicolas Schöffer
- Tonnerre
- Lancer de cailloux
- Anarchy in the Beaubourg
- La pensée du jour
- L’Enoteca
etc.


O
ù kon est ?
> Rubrix > Ciné Cinéma

007 : il a coulé Venise !
Le dernier James Bond, qui en fait est le premier
Par Le Grand Chef , le dimanche 3 décembre 2006.

Il y a fort à dire sur le descendant de Spartacus (moins la fossette) qui s’en donne à coeur joie dans le monde du bâtiment, et dans le monde tout court, pendant près de trois heures un peu longues.

C’est un peu starwars premiers épisodes. On apprend comment James obtint son accréditation double zéro, son Aston Martin, et comment il balbutiait encore sur ses commandes de cocktails.

(JPEG)

Comment il tomba amoureux et que l’affaire tourna au drame. Bref, toute la généalogie de la bête.

Ce qui est pour le moins réjouissant, c’est l’accumulation (traditionnelle me direz-vous, mais le Grand Chef est traditionnaliste) de grandes scènes épiques : course poursuite sur les poutrelles métalliques d’un chantier malgache avec un yamakazi fort habile, triomphe sur le tarmac d’un aéroport etc.

Mais le Grand Chef sortit tout de même méchamment meurtri de sa projection privée. D’une part, l’acteur ne vaut pas Schön Connerie. D’autre part, James l’inconscient se transforme en ennemi du patrimoine, en abominable démolisseur de joyaux lorsque, aveuglé par l’amour, il s’élance dans un vieux palais vénitien en rénovation, pourfendant les vilains. Les explosions en série finissent par avoir l’effet escompté, sous l’oeil effrayé des touristes, le palais s’affaisse pour finir sous le niveau de la lagune, entraînant avec lui un pan de la ville de l’amour et l’amour de James. Aaaaah, que c’est triste !

(JPEG)

Eva Green le regarde, et le monde s’écroule.

(JPEG)

Tout va à vau l’eau ma pauv’ dame !

Répondre à cet article


Ciné Cinéma