- Je m’ennuie - Les jeux du mercredi
- Mezame No Hakobune
- Se noyer dans un bleu Klein
- Paris au cinéma
- Anarchy in the Beaubourg
- La force de l’art
- Ingres (la suite)
etc.

Autres piges de
Tatin taquine

- Goûter d’hiver
- L’art des Bangladeshis
- Madame le Ministre du Goûter
- Fabian Marcaccio au FRAC Auvergne
- Responsabilités
- T’es vraiment trop fuligineux !
- La mode est au proliférant !
- Les premiers siècles d’art en Luciocratie
etc.


O
ù kon est ?
> Rubrix > Est-il beau, l’expo ?

MAC/VAL
Un musée d’art contemporain en banlieue parisienne... un rêve devenu réalité
Par Tatin taquine , le Sunday 4 December 2005.

Depuis le 18 novembre 2005, le Musée d’Art Contemporain du VAL de Marne a ouvert ses portes au public à Vitry-sur-Seine.

L’histoire de ce musée est relativement longue, en voici les principales dates :

-  1982 : Vive la décentralisation! Des gens du Val-de-Marne décident d’en profiter pour créer le Fonds Départemental d’Art Contemporain. Ils soutiennent des artistes vivants (et morts), en achetant leurs oeuvres.

-  1990 : Décision est prise de créer un musée à partir de cette collection, à Vitry-sur-Seine, sur le site des anciennes pépinières. Waouh, ce sera le premier musée d’art contemporain en banlieue parisienne! Un concours d’architectes est lancé. L’équipe Ripault-Duhart gagne.

-  2005 : Ouverture du musée.

Voilà donc pour le contexte, mais qu’est-ce qu’il y a dans ce musée? Essentiellement des oeuvres de la scène artistique française, des années 50 à nos jours. En filigrane, l’enjeu est de montrer que l’art français n’est pas si médiocre qu’il en a l’air... Défi difficile à relever.

Premières impressions : Passé la phase d’enthousiasme lié au caractère exotique de ce musée situé en banlieue, les Parisiens auront tôt fait de déclarer que ce musée souffre de sa mauvaise distribution par les transports. Il faut prendre le bus et côtoyer le "qui pue" par-ci, par-là... Est-ce à dire qu’on ne trouvera pas le public du Grand Palais au MAC/VAL? Quel doux rêve!...

Point de vue architecture, le bâtiment ne casse pas des briques. Ho, ha, hi, comme je suis drôle! A l’intérieur en revanche, les architectes se sont montrés à la hauteur de leur mission. L’espace est ouvert, lumineux. Et le détail qui tue : il y a des poissons rouges qui nagent dans les tuyaux transparents au-dessus du bureau de l’accueil.

(JPEG)

Quant aux oeuvres, la collection est tout à fait respectable. Soulages, Barré, Boltanski, Morellet, César, Varini... Six grands thèmes guident le spectateur : Lumière/Action, Les Murs, Paysages, La Vie moderne, Face au monde, Exister.

Si vous ne devez retenir qu’une seule chose, gardez en tête la réflexion qu’une jeune ado faisait à ses copines le jour de l’ouverture devant une oeuvre sobrement abstraite de Martin Barré : "Franchement, ça claque!". Si ce musée amène de nouveaux publics à s’intéresser à l’art contemporain, le pari sera gagné.

Pour les détails pratiques : Musée ouvert du mardi au dimanche de 12h à 19h, le jeudi de 12h à 21h. Entrée 4€ ; 2€ pour les enseignants, les moins de 26 ans et les étudiants. Pour s’y rendre, consulter le site http://www.macval.fr

Exposition temporaire actuelle sur Jacques Monory... pas vue.

Reply to this article


Est-il beau, l’expo ?