Dans la même rubrique
- Adulte
- Qui se-tu Castor (2/3)
- Qui es-tu Castor ? (1/3)
- Autos, arbres, huile et gens.
- Remontons le moral des troupes
- Jane Goodall au Museum le 18 janvier 2006
- Les charmes de Vincennes
- Crabes
etc.

Autres piges de
Tatin taquine

- La mode est au proliférant !
- Tous les catholiques ne sont pas papistes
- Pourquoi ?
- Erubescent
- Brice de Nice
- L’art des Bangladeshis
- Mon téléphone est aphone
- Gina Pane
etc.


O
ù kon est ?
> Rubrix > Mère Nature : "La Terre, elle, ne ment pas."

Les charmes de Vincennes

Par Tatin taquine , le vendredi 9 septembre 2005.

En ce début du mois de septembre, alors que chacun de nous est partagé entre ses souvenirs de vacances et ses projets pour l’année à venir, le lieu idéal pour profiter une dernière fois des menus plaisirs de l’été est peut-être le bois de Vincennes.

Par un bel après-midi d’été, j’ai décidé de prendre mon vélo et d’aller taquiner les petits coins de nature, là où Paris n’est plus tout à fait Paris.

Imaginez-vous au cœur d’une toile impressionniste, La Grande-Jatte de Seurat par exemple. Des immenses pelouses accueillent des pique-niques pantagruéliques de dimanche après-midi, des siestes heureuses à l’ombre des arbres. Au centre des regards, le lac Daumesnil scintille de mille feux ; des dizaines de barques y glissent paisiblement. Un doux rêve ! Et comme dans la toile de Seurat, on remarque les riches Parisiennes qui ont revêtu une dernière fois leur belle robe et leur chapeau d’été, leurs enfants qui font des tours de poney, aux côtés de familles moins aisées, d’un groupe de jeunes asiatiques qui, assis autour de leur barbecue, attirent les regards. Il y a du mélange social et ça fait toujours beaucoup de bien.

Le seul bémol dans le paysage : l’énorme rocher en carton-pâte qui se hisse au-dessus des arbres. J’ai bien reconnu par-dessus l’affiche du film Madagascar : est-ce donc EuroDisney qui se rapproche dangereusement des portes de Paris ? Non, c’est le zoo de Vincennes. Et il suffit de le longer pour prendre conscience de son état déplorable : on voit partout ses immondes rochers en plâtre se détériorer.

Et pour un peu que vous ayez, comme moi, envie de pousser la balade, le château de Vincennes s’offre à vous après une longue piste cyclable pour piétons (bah, au moins tout le monde est content...). Les habitations vous indiquent à ce moment-là que vous n’êtes plus à Paris, mais à Saint-Mandé (c’est propre, distingué). Je n’ai pas visité le château, mais j’ai dû me faire violence parce qu’il est vraiment beau. Il y a même une sainte-chapelle qui se dessine au centre de l’enceinte qui m’a l’air tout à fait honnête.

Enfin, par souci d’exhaustivité, vous pouvez longer le Parc Floral et rejoindre la Cartoucherie de Vincennes qui accueille désormais plusieurs théâtres et un centre équestre. C’est aussi très joli ces longs bâtiments regroupés au tour d’une cour centrale avec pelouse (il y avait même des bobos qui pique-niquaient là-bas).

Voilà, si le soleil pointe le bout de son nez, allez donc faire un tour là-bas. Vous pouvez même aller vous faire peur en allant visiter l’aquarium du Palais de la porte dorée. Il reste ouvert malgré les travaux de rénovation.

Si vous n’avez pas de vélo : prenez la ligne 1 du métro, le bus 86, ou encore le 62 ou le 26...

Répondre à cet article


Mère Nature : "La Terre, elle, ne ment pas."