Dans la même rubrique
- Rubber, un film de Quentin Dupieux
- Sunshine Barry and the disco worms (2008) : Un film de Thomas Borch Nielsen
- Julie & Julia : une nouvelle race de fiction conservatrice
- Les noces rebelles, un film de Sam Mendes
- Un conte de Noël
- Hancock, un film de Peter Berg
- Speed Racer
- Extension de la luciocratie
etc.

Autres piges de
Le Grand Chef

- Que faire du Chroniqueur Sportif ?
- ZUP dans la brume
- Le cordonnier
- Bienvenue chez tante Léonie
- La force de l’art
- Ma p’tite demoiselle
- Palmarès de cartes postales
- Se noyer dans un bleu Klein
etc.


O
ù kon est ?
> Rubrix > Ciné Cinéma

De battre mon coeur s’est arrêté

Par Le Grand Chef , le lundi 4 avril 2005.

Ce qui vaut de l’or, ce n’est pas la résurrection soudaine du sentiment esthétique chez un caractériel cocaïnomane (c’est pas dit mais regardez comme il se démange), ni son amour de papa, son pseudo rejet d’un monde vénal (il ne trompe personne et en bon luciocrate recherche le profit jusque dans les Beaux Arts), mais le monde merveilleux du marchand de bien. Le cousin que vous avez toujours voulu avoir qui, le samedi soir, avant de se mettre une mine, va déposer des rats chez des locataires à bout de souffle. Tout le nord de Paris est là, souffrant de son insalubrité chronique, enrhumé de marchands de sommeil.

Un beau morceau de réalisme. Un peu court peut-être, on aurait pu dire bien des choses encore.

Répondre à cet article


Ciné Cinéma