Dans la même rubrique
- Rubber, un film de Quentin Dupieux
- Sunshine Barry and the disco worms (2008) : Un film de Thomas Borch Nielsen
- Julie & Julia : une nouvelle race de fiction conservatrice
- Les noces rebelles, un film de Sam Mendes
- Un conte de Noël
- Hancock, un film de Peter Berg
- Speed Racer
- Extension de la luciocratie
etc.

Autres piges de
Le Grand Chef

- Il pleut
- Adulte
- Invasion cultivée
- Baguette
- CNE-CPE (suite)
- Exotique parisien
- Le chien jaune de Mongolie
- Méga power
etc.


O
ù kon est ?
> Rubrix > Ciné Cinéma

Volver

Par Le Grand Chef , le lundi 29 mai 2006.

Le week end chambre noire du Grand Chef n’est pas tout à fait fini, il vous livre ses impressions de salle obscure.

Hier les actrices du film ont reçu collectivement le prix d’interprétation féminine de Cannes. Car en fait de monde de femmes, Volver s’y connaît. Les hommes s’y font assassiner par les plus fortes et quittent les plus faibles, abandonnant l’écran aux gilets verts pomme et au salon de coiffure clandestin.

(JPEG)

Le souci par contre, c’est qu’Almodovar a reçu le prix du scénario pour ce film et que je suis moins d’accord. Une bonne partie de l’intrigue est un peu trop attendue. Tuer + se débarrasser du corps = un coup classique au ciné, dont on se passerait bien. Et puis l’ennui pour Pedro, comme dirait Penelope, c’est qu’on s’est habitué à très tordu (aaaaaaaah, Parle avec elle) et qu’on a soudainement une vulgaire histoire de double inceste. Je suis blasée ? peut être.

Alors ce scénario, dont la principale qualité demeure de compter un fantôme parmi les personnages, nous gâche un peu le plaisir. On voit les scènes passer. Il y a de la belle lumière ça va sans dire, mais tout ça manque un peu d’atmosphère. D’un film dans les quartiers popu de Madrid et les ruelles d’un village de la Manche (dont le vent rend fou, c’est connu), Almodovar n’a pas bien réussi à tirer tous les avantages. La simplicité des lieux l’a semble-t’il amené à une trop Grande simplicité de traitement. Alors que tout restait à faire.

Je voulais pas vous décourager. Je râle, je râle, mais au fond, je suis juste vexée de pas avoir vu aussi bien que les films précédents.

Volver, con Penelope Cruz, Carmen Maura, Lola Duenas. 2h01 min.

Répondre à cet article


Ciné Cinéma