- Je m’ennuie - Les jeux du mercredi
- Mezame No Hakobune
- Se noyer dans un bleu Klein
- Paris au cinéma
- Anarchy in the Beaubourg
- La force de l’art
- Ingres (la suite)
etc.

Autres piges de
Le Grand Chef

- Il pleut
- Je vous vois
- Cîmes
- Paris au cinéma
- Le chien jaune de Mongolie
- Changements
- la meilleure expo du moment
- La plateforme
etc.


O
ù kon est ?
> Rubrix > Est-il beau, l’expo ?

Mallet-Stevens le non-urbaniste

Par Le Grand Chef , le mercredi 25 mai 2005.

Expo à Pompidou sur l’architecte dandy qu’en a fait des jolies maisons dans Paris et ailleurs, merci qui ? merci les mécènes !

Dans ma miséricorde, je vous passe mon débat intérieur sur la place de Mallet-Stevens dans l’histoire de l’architecture, parce que tout de même, contemporain du Bauhaus, tout cet art déco, ça pose question.

Car en somme il ne s’agit pas ici de parler de l’artiste, mais de l’expo. Dépouillée comme d’habitude, on est à Beaubourg. Une vilaine reproduction d’auvent de l’architecte à l’entrée, mais bon passons. Il y a de chouettes films des villas que personne ne va jamais voir parce que quand il est sur la côte d’Azur à se bronzer il ne songe pas à l’architecture. Cadrage remarquable.

Dessins de Mallet-Stevens qui valent le coup d’oeil.

Et incroyables salles sur un ouvrage "Une cité moderne". L’architecte faisant alors oeuvre incroyable de non-urbanisme total en en dessinant que les bâtiments et jamais les espaces qui les entourent. Succession de bains douches, gares, maisons ouvrières, bibliothèques, écoles... tout l’imaginaire de la IIIème République qui défile sous vos yeux. Ajoutons à cela que les dessins s’étalent sur 5 années capitales : de 1917 à 1922, ou comment le mouvement moderne s’incruste dans vos pupilles.

L’expo réussit à peu près à faire le grand écart entre l’exposé d’histoire de l’art et les problèmes contemporains des bâtiments. Cependant aucune amorce de débat sur le type de conservation à entreprendre. Aucun aspect technique. A Pompidou, on traite l’architecture comme de la peinture souvent.

Le tout méritant naturellement une visite et une promenade d’approfondissement dans le seizième arrondissement.

Pratique : Centre Pompidou, jusqu’au 19 août (donc pas de précipitation). 5 euros pour les étudiants etc, 7 pour les autres. 11h-21h et nocturne le jeudi jusqu’à 23h.

Villa Noailles à Hyères
Plafond amdmirez !

Répondre à cet article


Est-il beau, l’expo ?